Eglise Saint-Genieys

Eglise Saint-Genieys

Le rite romain et sa forme extraordinaire

LE RITE ROMAIN ET SA FORME EXTRAORDINAIRE

 

1.  Quels sont les rites liturgiques de l’Église catholique?

 

Il y a trois groupes principaux de rites dans l’Église catholique : le rite romain, le rite syrien d’Antioche et le rite alexandrin (Égypte). Plus tard, apparut le rite byzantin, en tant que branche majeure du rite d’Antioche, sous l’influence de saint Basile et de saint Jean Chrysostome. À partir de ces trois groupes originaux, deux douzaines de rites liturgiques, tant en Orient qu’en Occident, se sont développés ; ces rites sont en communion avec le Saint-Siège.

 

 

2.  Y a-t-il plusieurs expressions du rite romain?

 

Beaucoup de Catholiques romains sont aujourd’hui familiers du missel que le Pape Paul VI publia après Vatican II ; le Pape Benoît XVI le qualifie de forme ordinaire. Mais il y a en réalité neuf formes de la liturgie selon le rite romain.

 

  • Forme ordinaire du rite romain. Sous cette forme ordinaire, la Messe est célébrée selon le Missale Romanum de 1969, promulgué par le Pape Paul VI, et qui en est à sa troisième édition (2002). Cette forme est couramment célébrée en langue vernaculaire.
  • Forme extraordinaire du rite romain. Sous sa forme extraordinaire, la Messe est célébrée selon le Missale Romanum de 1570. Bien que ce missel ait été codifié au Concile de Trente, il était en usage au moins depuis l’époque de saint Grégoire le Grand. On se sert aujourd’hui de l’édition de 1962, promulguée par le Bienheureux Pape Jean XXIII au cours du second Concile du Vatican. Selon les normes de Summorum Pontificum, l’ensemble du clergé de rite romain est autorisé à célébrer selon la forme extraordinaire.
  • Rite de Braga. – Rite de l’archidiocèse de Braga, siège du primat du Portugal, il remonte au moins au 12ème siècle..
  • Rite mozarabe. – C’est le rite d’Espagne et de Portugal; il remonte au moins au 6ème siècle. Il est en usage à la Cathédrale de l’archidiocèse de Tolède, et dans quelques autres paroisses.
  • Rite ambrosien. – C’est le rite de l’archidiocèse de Milan. On estime qu’il est d’origine antique, mais qu’il a été fixé par saint Ambroise.
  • Rite dominicain. C’est le rite de l’ordre des frères prêcheurs (OP), fondé par saint Dominique en 1215.
  • Rite carmélite. – C’est le rite de l’ordre du Carmel, dont la fondation moderne est due à saint Berthold vers 1154.
  • Rite cartusien. C’est le rite de l’ordre des Chartreux, fondé par saint Bruno en 1084.
  • Usage anglican.  Là où le clergé anglican et les paroisses correspondantes sont revenus en pleine communion avec le Saint-Siège, Rome a autorisé la célébration de la Sainte Liturgie selon les formes anglicanes doctrinalement correctes.

 

 

3.  Pourquoi la forme extraordinaire de la Messe est-elle parfois appelée “Messe tridentine” ou “Messe latine traditionnelle”?

 

La forme extraordinaire de la Messe fait partie du patrimoine de l’Église occidentale. Cette liturgie est parfois dite « rite tridentin » d’après le Concile de Trente au seizième siècle. Ce titre est trompeur, car le Concile de Trente n’a pas inventé cette liturgie, qui était déjà à l’époque fort ancienne. On l’appelle parfois aussi « Messe latine traditionnelle » car cette Messe est toujours célébrée dans la langue officielle de l’Église (c’est à dire le latin).

 


4.  La forme extraordinaire de la Messe est parfois dite “tridentine”, mais la connaît-on aujourd’hui sous d’autres dénominations?

 

On l’appelle parfois:

 

  • Rite classique
  • Usage antique
  • Messe latine traditionnelle
  • Messe de toujours
  • La Messe Latine

 

 

5.  Est-ce que la Messe Latine n’est-elle pas simplement la Messe ordinaire dite en latin?

 

La forme ordinaire (missel de Paul VI de 1969) et la forme extraordinaire (missel du Bienheureux Jean XXIII de 1962) ont des éléments en commun, mais chacune a ses caractéristiques propres. Ainsi, chaque forme a son propre calendrier liturgique et son propre cycle de lectures. La forme ordinaire comprend de multiples prières eucharistiques, mais la forme extraordinaire utilise le Canon Romain exclusivement.

 

 

6.  La Messe “tridentine” n’a-t-elle pas été interdite par Vatican II?

 

Le second concile du Vatican a déclaré, à propos de tous les rites liturgiques alors approuvés, que l’Église « souhaite les préserver dans l’avenir et les promouvoir par tous les moyens. » (Sacrosanctum Concilium, n°4). Un nouveau rite romain a été promulgué après le Concile par le Pape Paul VI (forme ordinaire), rite qui est maintenant d’usage général. Mais l’ancienne liturgie latine (forme extraordinaire) reste aussi en vigueur, et elle est complètement approuvée par le Souverain Pontife. C’est au cours du concile Vatican II que l’édition de 1962 du Missale Romanum a été publiée, et c’est aujourd’hui ce missel qui est toujours en usage pour célébrer la Messe « tridentine ».

 

 

7.  Mais pourquoi restaurer la forme extraordinaire au 21ème siècle?

 

Le catéchisme de l’Église catholique affirme que : « Le mystère du Christ est si incroyablement riche qu’il ne peut être entièrement contenu dans aucune tradition liturgique particulière. » (CEC, n°1201). Dans notre monde moderne, beaucoup de Catholiques aujourd’hui pensent que retrouver le contact avec leur héritage de prière est spirituellement bénéfique. Le rite extraordinaire soutient la foi catholique au milieu de la culture de mort.

 

La liturgie de l’ancienne Église romaine est née en des temps de persécution intense. Aujourd’hui, alors que les Chrétiens sont de plus en plus persécutés pour leur foi catholique, ils sont attirés par l’ancienne Messe qui a permis d’évangéliser un monde hostile à Jésus-Christ. Ainsi que le résume le Catéchisme de l’Église catholique : « la liturgie elle-même engendre les cultures et leur donne forme. » (CEC, n°1207).

 

//www.sanctamissa.org



28/03/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres