Eglise Saint-Genieys

Eglise Saint-Genieys

11 février 2018 : Dimanche de la Quinquagésime

Dimanche de la Quinquagésime

Violet, 2ème classe

 

 

KYRIALE : VIII

CREDO I

 

Entrée : Notre Dame du bel amour, p 226 - 1

Offertoire: Soyez béni Seigneur, p 214 - 1, 2, 3 ...

Communion : Pain véritable, p 172 - 1, 4, 6

Dernier évangile : Ave Regina Caelorum, p197

Sortie: Ave Maria de Lourdes, p 215 - 1, 3, 5

 

Epitre

 

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 13,1-13.
Frères, quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je suis un bronze sonore ou une cymbale retentissante.
Quand j'aurais le don de prophétie, que je connaîtrais tous les mystères, et que je posséderais toute science; quand j'aurais même toute la foi, jusqu'à transporter des montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien.
Quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais mon corps aux flammes, si je n'ai pas la charité, tout cela ne me sert de rien
La charité est patiente, elle est bonne; la charité n'est pas envieuse, la charité n'est point inconsidérée, elle ne s'enfle point d'orgueil; elle ne fait rien d'inconvenant, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s'irrite point, elle ne tient pas compte du mal; elle ne prend pas plaisir à l'injustice, mais elle se réjouit de la vérité; elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout.
La charité ne passera jamais. S'agit-il des prophéties, elles prendront fin; des langues, elles cesseront; de la science, elle aura son terme.
Car nous ne connaissons qu'en partie, et nous ne prophétisons qu'en partie; or, quand sera venu ce qui est parfait, ce qui est partiel prendra fin.
Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant; lorsque je suis devenu homme, j'ai laissé là ce qui était de l'enfant.
Maintenant nous voyons dans un miroir, d'une manière obscure, mais alors nous verrons face à face; aujourd'hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme je suis connu.
Maintenant ces trois choses demeurent : la foi, l'espérance, la charité; mais la plus grande des trois c'est la charité.

 

Evangile

 

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 18,31-43.
En ce temps-là , Jésus prit à part les Douze et leur dit : « Voici que nous montons à Jérusalem, et que s'accomplira tout ce qui fut écrit par les prophètes au sujet du Fils de l'homme.
En effet, il sera livré aux Gentils, sera bafoué, sera outragé, et sera couvert de crachats;
et, après l'avoir flagellé, on le fera mourir, et il ressuscitera le troisième jour. »
Et eux ne comprirent rien à cela; c'était pour eux un langage caché et ils ne savaient pas ce qui (leur) était dit.
Comme il approchait de Jéricho, il se trouva qu'un aveugle était assis sur le bord du chemin, qui mendiait.
Entendant passer la foule, il demanda ce que c'était.
On l'informa que c'était Jésus de Nazareth qui passait.
Et il s'écria : « Jésus, fils de David, ayez pitié de moi ! »
Ceux qui marchaient devant lui commandèrent avec force de faire silence; mais il criait beaucoup plus fort : « Fils de David, ayez pitié de moi ! »
Jésus, s'étant arrêté, ordonna qu'on le lui amenât; et quand il se fut approché, il lui demanda : Que veux-tu que je te fasse ? Il dit : « Seigneur, que je voie ! »
Et Jésus lui dit : « Vois ! Ta foi t'a sauvé. »
Et à l'instant il vit, et il le suivait en glorifiant Dieu. Et tout le peuple, à cette vue donna louange à Dieu.



12/02/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres