Eglise Saint-Genieys

Eglise Saint-Genieys

11 mars : Quatrième Dimanche de Carême. Dimanche de Laetere

Quatrième Dimanche de Carême

Violet / Rose, 1ère classe

 

 Dimanche de Laetere

 

KYRIALE : XVII 

CREDO III

 

Entrée : Je vous salue Marie, p 213

Offertoire: O Sanctissima, p 208

Communion : Adorons le Corps du Christ, p 170

Dernier évangile : Ave Regina Caelorum, p 197

Sortie: Parce Domine, p134

 

 

Epitre

Lettre de saint Paul Apôtre aux Galates 4,22-31.
Frères : il est écrit qu'Abraham eut deux fils, l'un de l'esclave, l'autre de la femme libre.
Mais le fils de la servante naquit selon la chair, et celui de la femme libre en vertu de la promesse.
Ces choses ont un sens allégorique; car ces femmes sont deux alliances. L'une, du mont Sinaï, enfantant pour la servitude : c'est Agar, — car Sinaï est une montagne en Arabie — elle correspond à la Jérusalem actuelle, laquelle est esclave, elle et ses enfants.
Mais la Jérusalem d'en haut est libre : c'est elle qui est notre mère; car il est écrit : " Réjouis-toi, stérile, toi qui n'enfantais point ! Eclate en cris de joie et d'allégresse, toi qui ne connaissais pas les douleurs de l'enfantement ! Car les enfants de la délaissée seront plus nombreux que les enfants de celle qui avait l'époux. " Pour vous, frères, vous êtes, à la manière d'Isaac, enfants de la promesse.
Mais de même qu'alors celui qui était né selon la chair persécutait celui qui était né selon l'Esprit, ainsi en est-il encore maintenant.
Mais que dit l'Ecriture ? " Chasse l'esclave et son fils, car le fils de l'esclave ne saurait hériter avec le fils de la femme libre. "
C'est pourquoi, frères, nous ne sommes pas enfants de la servante, mais de la femme libre.

 

Evangile

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 6,1-15.
En ce temps-là , Jésus s'en alla de l'autre côté de la mer de Galilée ou de Tibériade.
Et une foule nombreuse le suivait, parce qu'elle voyait les miracles qu'il opérait sur ceux qui étaient malades.
Jésus monta sur la montagne, et là , il s'assit avec ses disciples.
Or la Pâque, la fête des Juifs était proche.
Jésus donc ayant levé les yeux, et voyant qu'une grande foule venait à lui, dit à Philippe: « Où achèterons-nous du pain pour que ces gens aient à manger ?»
Il disait cela pour l'éprouver, car lui, il savait ce qu'il devait faire.
Philippe lui répondit: « Deux cents deniers de pain ne suffiraient pas pour que chacun en reçoive un morceau.»
Un de ses disciples, André, frère de Simon-Pierre, lui dit: Il y a ici un jeune homme qui a cinq pains d'orge et deux poissons; mais qu'est-ce que cela pour tant de monde ?
Jésus dit: « Faites les asseoir.» Il y avait beaucoup d'herbe en ce lieu. Ils s'assirent donc, au nombre d'environ cinq mille.
Jésus prit les pains, et ayant rendu grâces, il les distribua à ceux qui étaient assis; il leur donna de même des deux poissons, autant qu'ils en voulurent.
Lorsqu'ils furent rassasiés, il dit à ses disciples: « Recueillez les morceaux qui restent, afin que rien ne se perde.»
Ils les recueillirent, et remplirent douze corbeilles des morceaux qui étaient restés des cinq pains d'orge, après qu'ils eurent mangé.
Ces hommes ayant vu le miracle que Jésus avait fait, disaient: « Celui-ci est vraiment le Prophète qui doit venir dans le monde.»
Sachant donc qu'ils allaient venir l'enlever pour le faire roi, Jésus se retira de nouveau, seul, sur la montagne.

 



10/03/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres